Nouvelles: Fin de maintenance, ajout d'une nouvelle front page et de contenu Articles - TinyPortal






Mendoza. Flamme Sacrée de Dieu



Par Al Alberto Abal


Citer
Une silhouette voûtée s'éloigne en se couvrant le visage de sa main. Un village en feu couve à l'arrière-plan...

Il se contorsionne à chaque pas, se débarrassant de tous les objets qui l'identifient comme un guerrier de Dieu, jusqu'à ce que, nu, il tombe à genoux - pleurant et criant envers son créateur.

- Pourquoi as-tu fait ça, Seigneur ? Pourquoi m'as-tu forcé à briser tous tes préceptes ? Dans cette ville, j'ai péché plus que tous ses habitants pécheurs réunis.

Les larmes, son propre sang mélangé à celui de ses victimes, dessinent des rivières macabres sur son corps nu. Elles descendent dans ses mains crispées et tremblantes refermées en un poing autour de la poignée entaillée de l'épée, fendue en deux, avec une inscription à peine lisible.

- Mais il me reste encore un dernier péché... et avec cela, Seigneur, considère-moi libre de ton service...

D'un geste rapide et résolu, il enfonce l'arme au milieu de sa poitrine. Il s'effondre, le visage enfoncé dans le sol couvert de cendres et de braises brillantes.

Il ouvre les yeux, mais son esprit est toujours dans un monde souterrain sombre enchaîné à l'épée brûlante qui était autrefois son outil. Une créature osseuse lui fouette le dos et se gratte méthodiquement la peau, tatouant des inscriptions sur tout son corps sordide. Il est là depuis si longtemps qu'il ne se souvient même pas quand la pénitence a commencé.

Après chacune de ses visites, une seule question apparaît dans son esprit : "Veux-tu retourner au service de ton vrai Seigneur ?" La réponse est toujours la même : au début, il a crié : "NON !", et au fil du temps, ce cri est devenu un murmure. A la fin, il ne pouvait que nier en secouant la tête.

Cela s'est produit encore et encore, jusqu'à ce que son corps soit complètement couvert de motifs complexes de flammes et de mots puissants. Enfin, la silhouette osseuse de son tortionnaire a fini par parler.

"Le travail est terminé. Arrête de te battre, laisse-toi consumer par les flammes. Veux-tu retourner au service de ton vrai Seigneur ?"

- "Oui. OUI !"

Le feu de l'épée grandit et engloutit le corps consumé du pénitent pour le remplir de vitalité. Le feu serpente à travers son corps et ses cheveux fins s'enflamment dans un feu sans fin. Des flammes jaillissent des cicatrices de son dos, dessinant une silhouette ignée qui se transforme lentement en d'immenses ailes aux plumes éclatantes.

Il bat ses puissantes ailes et crie avec une force renouvelée l'une des phrases inscrites sur sa peau.

"Deus Vult !"

Les chaînes explosent en éclats incandescents tandis qu'il s'élève vers le ciel dans un vol court et libre. Il atterrit près de son épée brûlante, l'arrachant à la pierre qui lui sert de fourreau. L'inscription vacille à l'intérieur de la feuille enflammée : Flamma Veritatis.

La silhouette décharnée qui a été sa seule compagnie pendant si longtemps murmure en s'éteignant :

"Retourne au service, Mendoza, Sainte Flamme de Dieu. Accomplis la volonté de ton vrai Seigneur."




Avez-vous déjà imaginé ce que ce serait d'être sur le tournage d'un film mettant en vedette notre protagoniste, acteur et aristo Juan Díaz Mendoza ─ mieux connu sous le nom de "Padre Inquisitor Mendoza" dans l'HexaDome ?

Eh bien, j'ai imaginé quelque chose comme ça quand je créais le design conceptuel de sa nouvelle peau.

Un guerrier torturé au service des plus hauts préceptes, poussé par la dévotion et les ordres de ses supérieurs à une vie de pécheur impénitent qui défie son créateur avec un dernier acte pécheur, mais revient racheté par lui et imprégné d'un véritable pouvoir.

Eh bien, pour être honnête, j'ai imaginé cette scène en rentrant chez moi après le travail. Ce jour-là, j'avais d'abord montré une version motard du personnage à Fer (le PDG et ami de Corvus Belli). Il n'y a rien eu de plus qu'un simple:

"Je pense que tu n'es pas allé assez loin avec celui-ci."

Il avait raison.



Vous avez donc ici le skin de Mendoza, réinterprété par les artistes Antonio Moreira (Sculpture) et Paco Rico (Illustration). Je ne les remercierai jamais assez pour la façon dont ils font briller mes dessins dans l'art final. Je pense que je devrais écrire un article juste pour parler d'eux. Si vous souhaitez lire un tel article, restez à l'écoute du blog d'Aristeia !

À bientôt !








Vous voulez plus d'artworks et de notes de design ? Voici le sujet qui les récap:
http://www.bureau-aegis.org/forum/index.php?topic=15785.0

Share on Facebook!Share on Twitter!RedditDel.icio.us

Comments: 0 *

You don't have permission to comment, or comments have been turned off for this article.

Articles dans « Vidéos et Articles Infinity/Aristeia »

Recent

 
 
 
 

SMF spam blocked by CleanTalk
//TODO Delete next line for Theme v203 compliance?