Nouvelles: Pour des raisons de sécurité les liens hypertexte sont bloqués pour vos 2 premiers posts et inactifs pour vos 10 premiers posts merci de votre compréhension.






Faire connaissance avec Fausto



par Cora Diz


Citer
Fausto Gutiérrez López est un sculpteur numérique valencien avec plus de 16 ans d'expérience dans la création de figurines. Son implication avec Corvus Belli a commencé en 2012 lorsqu'il a rejoint l'équipe de nos bureaux de Galice, mais il connaissait nos jeux bien avant cette époque. Après deux ans, il décide de retourner dans sa patrie de Valence afin d'être avec ses amis et sa famille, ainsi que pour travailler sur plusieurs autres projets. Mais on a quand même pu encore compter sur Fausto pour continuer à réaliser des figurines assez étonnantes.





Nous avons lancé cette interview avec LA question : Fausto est-il un geek du jeu ?


Je ne le suis pas en fait, mais c'est principalement dû au genre d'enfance que j'ai eue, qui m'a beaucoup amené à jouer dans la rue avec mes amis et mes voisins. Cela ne veut pas dire que je n'aime pas les jeux, bien au contraire. Je me souviens avoir passé des heures à jouer à Space Crusade tout seul quand j'étais enfant.

https://www.youtube.com/watch?v=M83BSaolNzs


Pour lui, l'aspect visuel des jeux a toujours été la caractéristique la plus importante.


J'aime les jeux de figurines... J'adore avoir et regarder les figurines sur la table pendant que vous jouez. J'aime aussi les jeux de cartes. J'avais l'habitude de collectionner les cartes Magic: The Gathering, principalement à cause de leurs illustrations. ;)


Fausto a étudié pour devenir ingénieur en design industriel à l'UPV (Universitat Politècnica de València), mais comment est-il passé de là à la sculpture de figurines ?


À l'époque où j'étudiais à l'université, j'ai vu une fois des modèles réduits de voitures et de jouets Dragon Ball que l'un des professeurs avait fabriqués. Je les ai recherchés et j'ai découvert qu'ils étaient l'œuvre du professeur Alberto Santonja (à qui j'envoie mes meilleurs vœux), qui a enseigné une maîtrise qui comprenait la fabrication de moules et de modèles réduits, principalement destinés à la création de voitures et de jouets. Je me suis alors inscrit et j'ai commencé à travailler la pâte à modeler et la cire tout en apprenant à fabriquer des moules en plâtre et en silicone. Ce diplôme a révélé ma voie à suivre.



Ses études lui ont apporté les connaissances techniques requises pour le dessin 2D et 3D, mais il a dû apprendre seul le côté artistique des choses.

Ma formation artistique a été autodidacte, influencée par les bandes dessinées américaines de super-héros. J'ai appris en regardant des photos sur des forums et en regardant des tutoriels de sculpteurs tels que Joaquín Palacios, Martín Canale, Erik Sosa et Raúl Latorre.


Comment a été ton évolution depuis tes débuts jusqu'à aujourd'hui ?


J'ai commencé à travailler manuellement, en utilisant du mastic, du fil et autres jusqu'à ce que je découvre Zbrush en 2008. À l'époque, les imprimantes 3D de haute qualité comme celles utilisées dans les bijoux et la fabrication devenaient plus courantes, alors j'ai décidé de prendre le risque et j'ai mélangé la modélisation de figurines avec l'impression 3D. Je peux dire que j'ai été le premier à le faire en Espagne... peut-être même en Europe. Dans les foires et les expositions, les gens disaient que j'étais fou et que ça ne marcherait jamais. ;)

En plus des figurines, j'ai commencé à créer des modèles pour les bijouteries, les parcs à thème et les Fallas de Valencia (monuments géants destinés à être brûlés lors de la Saint-Joseph).

Zbrush a représenté un pas de géant en avant. Je me souviens que cela a eu un impact énorme sur la communauté des Fallas. Ils n'avaient jamais fait quelque chose comme ça auparavant, cela a révolutionné le secteur.





En 2013, j'ai commencé à travailler pour Corvus Belli dans les anciens bureaux de Cangas, où je suis resté près de 2 ans. Là, je me suis perfectionné en tant que sculpteur et j'ai amélioré mes techniques de fabrication de miniatures, notamment grâce à Alex, notre responsable de production.

Citer
Pendant son séjour dans nos bureaux, nous avons fait la transition de la sculpture traditionnelle à la sculpture numérique.


De retour à Valence, je me suis associé à mon cousin Pedro, lui apprenant à faire des modèles en Zbrush et créant notre propre entreprise de fabrication de figurines : Yedharo Models. Et bien, maintenant nous sommes des sculpteurs/entrepreneurs et nous combinons des commandes de sculpture avec notre propre entreprise tout en fournissant des services de fabrication à des tiers.


Concernant Corvus Belli, avez-vous remarqué une évolution dans nos figurines depuis votre première rencontre à ce jour ?


Assurément! Surtout dans des aspects tels que les proportions et avoir un style cohérent pour chaque armée, race, etc. À l'époque, utiliser la méthode de modélisation traditionnelle tout en s'appuyant sur des sculpteurs non-Corvus impliquait que vous finiriez par avoir de grandes différences entre les figurines, non seulement dans le style (ce qui n'est pas une mauvaise chose en soi), mais surtout en gardant des proportions constantes.


À quoi ressemble le flux de travail d'un sculpteur de Corvus Belli ?


Eh bien, c'est en fait assez simple :  Carlos Torres (notre responsable du département artistique) m'envoie par e-mail le design et la pose qu'il souhaite pour la figurine dont il a besoin.



Je commence par déterminer comment le modéliser, puis je commence à modéliser le personnage dans une pose en T. J'utilise l'anatomie de base (masculine ou féminine) que j'ai réalisée pour les figurines de Corvus. Je modélise les vêtements et les accessoires de bas en haut, des pieds à la tête. Une fois que j'en ai terminé, j'apporte les ajustements nécessaires aux proportions de la figurine. Vient ensuite le processus de pose. Je le fais poser comme s'il s'agissait d'un mannequin articulé et j'envoie des photos à Carlos. S'il est d'accord avec ça, je procède ensuite à ajouter les touches finales et à les préparer pour le processus de coupe.

J'utilise Zbrush pour créer les modèles, puis j'envoie le fichier ZTL (Zbrush) à Corvus afin qu'ils effectuent la découpe et préparent tout pour l'impression.

Travailler avec Carlos Torres est un processus vraiment fluide. Nous avons une façon de penser assez similaire et pratique. Si nous visons la qualité, nous ne renonçons jamais à travailler rapidement. C'est presque comme si nous pouvions travailler sans nous contacter. De plus, j'aime la sécurité que je ressens lorsque je modélise, car je sais qu'il n'y a aucune "incertitude" impliquée. C'est une façon très efficace de faire notre travail.


Selon vous, quelle est la meilleure partie de votre travail de sculpteur ?


Fondamentalement, tout, de la création de modèles à partir des dessins que les gens m'envoient à la création de mes propres dessins de figurines. J'apprécie tous les processus. Étudier le design, fixer les proportions, les mettre dans la bonne pose... Mais si je devais choisir, je choisirais le modelage de l'anatomie, les proportions et la pose. Ce que je préfère le moins, pour ainsi dire, est la partie qui doit ajouter un tas de détails et de pièces assorties.


Quelle est la figurine de Corvus que vous avez le plus aimé faire ?


Eh bien... c'est difficile ! Je vais changer un peu et vous dire lequel m'a "changé" en tant qu'artiste, plutôt que de parler de "celui que j'ai le plus apprécié".

Le premier, l'Oyoroi... Ma première figurine pour Corvus et, pour couronner le tout, mon tout premier robot. Le fabriquer et trouver la bonne imprimante 3D était assez difficile, mais cela a tout changé. C'est à ce moment-là que l'équipe a compris que tout ce contrat avec Zbrush en valait la peine.




Penthesilea, Phoenix, le Pilote Anaconda... Le nouveau Morat, les Troupes Motorisées Kum, Tariq, Jeanne d'Arc... Ce furent d'énormes défis artistiques et j'ai beaucoup grandi en tant que sculpteur grâce à toute l'équipe de Corvus Belli, mais surtout , merci à Carlos Torres , avec qui je partage toujours des idées et des changements pour chaque figurine. Carlos sait toujours ce qu'il attend de chaque figurine, mais il laisse aussi place aux libertés créatives. On peut facilement dire qu'il aime ce qu'il fait.


Quelle figurine a été la plus dure jusqu'à présent ?


Eh bien, maintenant que vous le mentionnez, l'un des plus difficiles a été récente: c'était le TAG Minier Nomade d'Infinity Deathmatch TAG Raid. Le TAG a beaucoup de pièces, elles étaient difficiles à déplacer, etc. Ça a été dur, mais on a réussi à s'en sortir.





Si vous aviez toute liberté pour concevoir la prochaine figurine de Corvus Belli, comment serait-elle ?


C'est une bonne question. :) Je serais ravi de créer des Boss plus coriaces pour les Morats... J'aimerais aussi créer de nouveaux motards et de nouveaux monstres, combinant l'anatomie avec des pièces mécaniques et des véhicules, ce serait très cool.




Citer
Et ça a été notre entretien avec Fausto. Vous pouvez avoir un aperçu de son travail sur notre site Web et nos réseaux sociaux, mais vous pouvez également jeter un œil à sa marque personnelle, Yedharo Models sur yedharomodels.com ou consulter son compte Instagram, @Fausto_Gutierrez_Lopez , où il partage tout son travail !

https://yedharomodels.com/es/
https://www.instagram.com/fausto_gutierrez_lopez/









Vous voulez voir d'autres interviews et reportage sur Corvus Belli ? Voici l'index :
http://www.bureau-aegis.org/forum/index.php?topic=15836.0

Share on Facebook!Share on Twitter!RedditDel.icio.us

Comments: 0 *

You don't have permission to comment, or comments have been turned off for this article.

Articles dans « Vidéos et Articles Infinity/Aristeia »

Recent

 
 
 
 

SMF spam blocked by CleanTalk
//TODO Delete next line for Theme v203 compliance?