Nouvelles: Fin de maintenance, ajout d'une nouvelle front page et de contenu Articles - TinyPortal






Interview - Faire connaissance avec... Luis



Une interview d'Inma « Morgana » Lage


Citer
Dans l'un des recoins du QG de Corvus Belli, entouré de ses partenaires Hugo et Jonathan, avec ses écouteurs jouant de la musique, nous trouverons Luis González - notre Design Manager. Il est facilement reconnaissable grâce à ses nombreux tatouages, et non, ce ne sont pas de fausses manches avec du body paint - c'est de la vraie affaire ! On pourrait dire que l'encre coule littéralement dans ses veines.

C'est ici que la magie du design de Corvus Belli est faite, alors, voulez-vous en savoir plus sur le magicien ? Allons-y!



Comment avez-vous débuté dans le monde geeks ? Quel age aviez-vous ? A quoi jouiez-vous et avec qui ? Des anecdotes ?

Cela a commencé quand j'avais 10 ans, avec les livres de jeux Lucha Ficción , édités par Altea en Espagne (connu au Royaume-Uni sous le nom de Fighting Fantasy de Steve Jackson et Ian Livingstone), et à partir de là, une chose s'est enchaînée, alors que les figurines ont commencé à affluer en Espagne via un magasin madrilène appelé Alfil. J'avais l'habitude d'aller dans un autre magasin appelé Naipe, et depuis j'achète des figurines. La vérité est que j'achète des figurines en étain depuis que j'ai 10 ans - je suis un vrai collectionneur.


Mais cela doit prendre beaucoup de place ! Ce sont de nombreuses années de collection.

Comme ce sont des figurines, elles prennent moins de place, mais j'en ai des tiroirs entiers. En ce moment, j'ai deux vitrines, mais quand j'habitais à Madrid, j'en avais trois et tellement plus dans des boîtes. Un vrai collectionneur.


Vous souvenez-vous de votre ou vos premiers jeux ?

Mon premier jeu de rôle était aussi à l'âge de 10 ou 11 ans et je crois que c'était Donjons & Dragons (première édition). Les figurines et les jeux de rôle ont été les premières choses que nous avons jouées avec le gang, plus tard est venu un robot de donjon appelé Hero Quest et d'autres jeux comme celui-ci.

Avant de jouer avec les livres, je concevais les donjons, parce que j'aimais ce genre de choses.


C'est donc à cette époque que vous avez fait vos premiers pas dans le design ?

Ben oui, par hasard. Par la suite, entrer dans le monde du design est venu par hasard, mais je commencais à concevoir des armes et des donjons à l'époque. À vrai dire, j'ai aimé tout ce qui entourait le jeu plus que le jeu lui-même.


Des anecdotes ou de bons souvenirs ?

Au début, je ne savais pas jouer de rôle. J'avais l'habitude de lire le manuel et de me dire « c'est impossible ! Voyons, je ne peux pas jouer à ça ! parce que j'étais dans l'état d'esprit des jeux de société et ici vous n'aviez pas de plateau. Comment cela pourrait-il être? C'est pourquoi j'avais l'habitude de faire mes propres cartes - j'avais besoin de quelque chose de physique.

Plus tard, pendant les vacances, il s'est avéré que les enfants demeurant dans le même immeuble jouaient à Donjons & Dragons à l'entrée du bâtiment. J'ai paniqué quand j'ai vu qu'il n'y avait pas de planche ou quoi que ce soit. Comment pourraient-ils jouer sans ? C'était difficile pour moi de le comprendre à l'époque, mais après avoir joué à mes premiers jeux, je me disais « Oh, c'est vrai, c'est comme ça ».

D'ailleurs, lors des dernièrs Freak Wars à Madrid, j'ai retrouvé le vendeur qui m'a vendu mes premières figurines. Il était vendeur chez Alfil, c'était donc une réunion de 35 ans. Nous sommes tous les deux un peu plus âgés maintenant, mais ici nous sommes tous les deux encore fidèles aux figurines après 35 ans.

Quand je vois des gens qui veulent vendre leurs collections, surtout quand ce sont de vieilles figurines, je me dis "Comment peux-tu les donner ?!" C'est comme s'arracher les yeux. Je pourrais en donner mais jamais mes premières collections. En effet, à chaque fois que l'une de mes premières figurines que j'ai achetée (qui était ma préférée) apparaît sur le marché de l'occasion, je n'ai plus qu'à la racheter. Je ne sais même pas combien j'en ai, parce que je les vois et c'est comme "non, ça ne peut tout simplement pas rester là à l'air libre", je dois l'emporter avec moi. Cela n'arrive qu'avec celui-là en particulier - pas avec le reste.


Qui sont vos idoles geek ? Quels livres avez-vous lu ?

J'ai commencé à lire des livres d'horreur de Stephen King quand j'étais petit, et je me suis rapidement tourné vers la folie de Lovecraft.


Alors, vous préférez le fantastique à la science-fiction ?

Oui, en fait j'aime beaucoup l'univers de Lovecraft car une partie, sinon entièrement, de la science-fiction. Quelque chose d'un mélange de science-fiction, qui me semble encore plus fou. Toute cette science-fiction non-science-fiction.

J'ai lu beaucoup de science-fiction aussi - des choses comme Ringworld et de nombreux romans de science-fiction des années 70 et 80 que j'achetais dans les marchés aux puces.


Qu'est-ce qui vous a amené dans le monde du design ou comment y êtes-vous entré ?

C'était par hasard. Comme je l'ai déjà dit, j'ai toujours dessiné ou designé, mais c'était du pur hasard. J'étudiais les microprocesseurs et à l'improviste, j'ai été appelé vers un endroit appelé Puerta Bonita, l'un des principaux centres d'arts graphiques de Madrid, car il restait une place et j'ai choisi d'y aller, même si je n'avais aucune idée de ce que c'était. tout sur. J'ai fini par l'aimer et depuis, à 23 ou 24 ans, je n'ai pas arrêté depuis 20 ans.

J'ai grandi dans l'industrie : j'ai d'abord été spécialiste de la pré-impression, puis maquettiste, designer, responsable de la conception de sections, et maintenant je continue à concevoir, mais je suis également chargé d'autres fonctions comme la budgétisation, le traitement de nouveaux produits, et l'emballage. C'est cette évolution qui m'a maintenu dans l'industrie. De plus, chaque jour ici chez Corvus Belli est différent, car un jour vous devez concevoir et le lendemain vous devez examiner les budgets ou les produits - donc cela ne devient jamais ennuyeux.


Pourquoi travailler chez Corvus Belli ?

Pendant des années, j'ai eu Corvus Belli comme référence. Je travaillais dans l'industrie de la figurine depuis quelques années déjà, et à ce moment-là, Gutier Lusquiños m'avait demandé dans un entretien ce qu'il fallait pour travailler chez Corvus Belli. Je me souviens qu'il m'a répondu qu'il fallait de l'amour pour les figurines et vivre vers l'entreprise. À l'époque, je n'avais pas l'intention de déménager de Madrid, car ma fille venait de naître et c'était compliqué. Mais ensuite, l'offre d'emploi s'est produite et j'ai parlé au responsable du personnel de Corvus Belli, Silvana, qui m'a expliqué le travail et les responsabilités que l'on devait assumer. Concernant mon expérience à l'époque, c'était un vrai challenge, mais me voilà !


Avez-vous une méthode de travail ? Quel genre de musique écoutez-vous pendant que vous travaillez ?

Ma méthode donne à mes collègues une grande liberté. Je leur fais confiance et j'aime leur donner cette liberté parce que c'est comme ça que j'aime travailler moi-même. J'aime aussi revoir les choses puisque je viens du monde éditorial et c'est comme ça que ça se fait là-bas.

J'aime écouter de la musique pendant que je suis au travail, en particulier du rock, du rock progressif et du métal.


Qu'avez-vous le plus aimé développer en ce qui concerne Infinity ou Aristeia ! Était-ce tout aussi difficile? Avez-vous une ou des figurines préférées ?

Uprising, aucun doute là-dessus. J'ai été ravi de la sortie du livre et c'était aussi le premier livre que j'ai fait pour Corvus Belli - c'est celui que j'aime le plus. De plus, c'était un vrai défi pour moi parce que j'avais toujours l'habitude de faire tout le processus d'édition et de conception de la mise en page par moi-même, mais avec Uprising, j'ai été confronté pour la première fois au défi de tout coordonner.

Quant aux figurines, je suis bluffé par les Soldats-Tigres de Yu Jing et toute la gamme de figurines avec des motos, car je suis moi-même motard. Les figurines de moto me semblent rapides, notamment ceux d'Ariadna et certainement celle du 112 Emergency Service du Ariadna Support Pack.

Mes personnages préférés d'Aristeia! sont Eclypse (elle est la plus sombre !) et Wild Bill en deuxième position.

Je n'ai pas le temps, mais j'aimerais toutes les peindre.


Comment appliquez-vous vos références et vos connaissances de geek à votre travail chez Corvus Belli ?

Étant donné que je suis assez geek et joueur, je n'arrête jamais de regarder les nouveaux jeux qui sortent et qui sont joués sur consoles. Mon parti pris professionnel me fait constamment regarder comment les choses sont faites dans l'industrie de l'édition, quels types de polices ou de couleurs sont utilisés. Les tendances actuelles que nous créons tous et nous nous donnons des commentaires. C'est dans ma tête toute la journée.




Eh bien, Luis, merci beaucoup d'avoir donné un peu de votre temps pour que nous apprenions à mieux vous connaître.

Merci à vous et cordialement à tous ceux qui liront ceci.








Récap des interviews de Corvus Belli ici:
http://www.bureau-aegis.org/forum/index.php?topic=15836.0

Share on Facebook!Share on Twitter!RedditDel.icio.us

Comments: 0 *

You don't have permission to comment, or comments have been turned off for this article.

Articles dans « Vidéos et Articles Infinity/Aristeia »

Recent

 
 
 
 

SMF spam blocked by CleanTalk
//TODO Delete next line for Theme v203 compliance?