Nouvelles: Forum francophone de l'association Bureau Aegis,
dédié au jeu de figurines Infinity.

Auteur Sujet: CR Open de montpellier  (Lu 4514 fois)

Hors ligne Tono

  • Néomancien
  • ***
  • Messages: 749
  • Aleph est votre ami... ;o)
    • Voir le profil
    • Bureau AEGIS
Re : CR Open de montpellier
« Réponse #20 le: 18 mars 2009 à 16:46:51 »
Quelques photos....

Les participants


Le podium


Ze boss (6feet)


Le Stand Aegis



Les tables



Tono




oni-no-synthol

  • Invité
Re : CR Open de montpellier
« Réponse #21 le: 19 mars 2009 à 10:18:35 »
On va dire que je pinaille, mais bon le son cristallin de la voix de sixfeet raisonne encore dans ma tête: 4em exequo, et là la dure écriture 5em. :'( :'( :'( :'( :'( :'(
Et sur la photo du podium pour me voir faut décaler la photo en bas et remonter.
Je sais jsuis lourd mais bon je me sens lésé :-\ :'( :'( :'( :'( ;D

Hors ligne jabberwock

  • Bureau AEGIS
  • Néocréator
  • *
  • Messages: 2325
  • grosse pourriture de l'espace [dedicace a oni ;-p]
    • Voir le profil
    • la bouboutique de Jabb'
Re : CR Open de montpellier
« Réponse #22 le: 19 mars 2009 à 10:24:08 »
et oui, c'est ca d'etre chiant, apresils se vengent (quand boll's disait : "il suffit d'etre au bout de la chaine...")
Avant, j'etais schizophrène. Maintenant, nous allons mieux.

Mes bébés: dezy.over-blog.fr, echo.over-blog.net,

On facebook: jabb

Fogia

  • Invité
Re : CR Open de montpellier
« Réponse #23 le: 19 mars 2009 à 11:24:34 »
Citer
La prochaine fois on fera mieux avec de belles tables, un arbitre pas crevé, des scénarios encore plus cool, et de la meilleure bouffe et des meilleures soirées.

Je veux oui !
Mais c'était déjà super fun, et puis Sixfeet a été très clément avec mes arrivées presque à l'heure.... :-X
Comme le dit Oni, le héros arrive toujours en retard ^^...  et finit dernier (16ème youpi) mais ça valait vraiment le coup.

A bientôt tout le monde, gnark gnark !   ;D

Nod

  • Invité
Re : CR Open de montpellier
« Réponse #24 le: 20 mars 2009 à 17:23:53 »
Note de l'auteur : le texte étant très long (qui a dit comme d'habitude?) je vais devoir le scinder en trois parties, en espérant que ça conserve sa lisibilité. En espérant surtout que vous allez arriver à lire jusqu'au bout sans vous décrocher une mâchoire suite à de trop longs bâillements.

...

Tous les matins sont tôt, mais celui ci fut tout particulièrement dur à venir. Aujourd'hui nous nous lancions dans la grande aventure de l'open Aegis à Montpellier. Certains étaient anxieux, d'autres trop impatient pour dormir... pour ma part ce fut juste une méga grosse crève qui réduisit à la fois mes forces et mon inoxydable bonté d'âme.

J'ai cru en effet remarquer, avec une douleur toujours présente dans mon cœur meurtri, que j'avais plus de succès dans mes comptes rendus quand je les mâtinais de méchanceté gratuites, de mauvaises fois éclatantes et d'approximation vengeresse. J'en suis le premier navré... mais tout artiste se doit à son public, et si le mien réclame du sang, il va en avoir.

Toutefois l'exercice est de taille, car, malgré la noirceur d'une âme dévorée par la rancœur et le corps affaibli par la maladie, tous ceux que j'ai rencontré aujourd'hui étaient tellement gentils, sympathiques et bons joueurs qu'il va me falloir me surpasser. Je me serais bien cantonné dans l'exercice d'un compte rendu classique, mais j'ai promis à mon troisième adversaire de lui faire pleurer des larmes de sang, et si je n'ai pas réussit sur le terrain de jeu, il me reste cette chronique. Il ne sera pas dit que je ne tiens pas mes promesses.

Donc, nous voilà, ce matin, à la maison pour tous Marcel Pagnol pour déterminer qui sera le champion des petites figurines. Nombre de Lyonnais avaient fait le déplacement, et je retrouvais avec plaisir quelques têtes rencontrées à la GNF.
En fait, cette rencontre s'apparentait un peu à celle de Lyon contre Montpellier, avec une petite touche de Suisse.

Myk, le vil tueur d'enfant était évidement de la partie, mais en petite forme. Il faut vous dire qu'à force de le travailler au corps j'ai réussit à insuffler une âme dans ce corps contrefait et, depuis, le dieu du feu et des larmes, Moloch en personne, semble lui avoir retirer sa protection. Mais le clan des montpellierains ne désespère pas car Myk nous a ramené un nouveau joueur, Juju dit Hiro dit Moloch-n'est-pas-mort.

Pour vous imaginez l'animal, visualisez le résultat étrange et génétiquement peu probable d'un accouplement entre Kieu Sampan et Kim Jong Il, mais en moins jovial et porteur de moins de promesse de lendemains meilleurs. Humainement c'est Myk avec encore plus de chance aux dés. Ça en devient presque statistiquement aussi crédible que la probabilité que vous confiez à l'heure d'aujourd'hui vos économies à Bernard Madof. Nous portions donc légitimement beaucoup d'espoir sur notre jeune poulain.

Six pieds sous terre nous avait donc concocté un tournois en 6 manches avec 6 scénarïï avec une patience d'ange, un esprit retord et la ferme intention d'arracher un bras au premier qui ferait un commentaire désagréable sur son travail.
Et ce n'est pas parce que le tournois n'est pas fini au moment où j'écris ces lignes que j'ose affirmer que l'arbitre de notre rencontre et beau et que son intelligence fulgurante nous terrasse tous.

Tour 1 : Fuite en avant !

Le premier scénario est une percée. Il faut faire sortir le plus de figurines possibles par le coté opposé en infligeant le plus de dommage possible à son adversaire.
Le hasard du tirage m'oppose à Fogia, un adversaire occasionnel qui, jadis défendait les couleurs de la Pan Océanie. Aujourd'hui, il était venu avec de l'ariadna, peint entièrement en quelques jours. Un exploit.
Fogia, c'est une sorte de bébé labrador avec un petit pot de nutela autour du cou. Une crème. Quelqu'un de très gentil et d'incroyablement agréable à affronter. C'est un peu comme quand vous prenez un bain chaud. Confort, détente et si vous disposez d'un canard en plastique, divertissement.

Le décor qui nous était offert représentait une cité en ruine, couverte de cendre, une ambiance de dévastation, autant passée qu'une promesse d'avenir. Deux grands bâtiments se détachaient de dépôts, transformateurs et autres unités d'usinage, au centre de la table dont les intérieurs étaient en visibilité nulle.

J'avoue, à ma grande honte, que Fogia a durement payé les humiliations que Myk m'a infligé durant des dernières années. Je joue régulièrement contre Ariadna, en prenant quelques sévères déculottées. Tout ceci m'a beaucoup apprit sur cette armée, surtout comment la contrer. Ce n'est que depuis quelques temps que j'arrive enfin à faire jeu égal avec Myk, et mon nouvel adversaire va devoir subir mon expérience du terrain acquise au prix du sang.
Or Fogia n'est pas Myk, lui a une âme.
Il rentre donc une composition que les esprits mesquins qualifierait de molle, à savoir, pas de tank hunter ni de vétérans kazak avec HMG, des pièces lourdes qui ont fait la réputation de cette armée. Mais à ce moment là, je ne le savais pas, et j'ai fait comme si, me préparant au pire.
On y trouve un vétéran kazak avec un fusil T2, un chasseur avec la même arme, un kazak lance missile, des antipodes, un médecin, un commando HMG, un tank hunter de base, un scout et le gentil couple Bertier Duroc.

Avec beaucoup de méchanceté je rentre une compo très agressive, et très anti Ariadna, à savoir une base de spécialistes, Intervertor lieutenant, daktari, horlogère, moran, 2 aguacil observateur d'artillerie, 2 drones à réaction, un météor, un tom cat ingénieur (ne sortez jamais sans lui), un morlock, son ami l'intruder HMG et un vertigo zond (lance missile). En gros tout ce qu'Ariadna n'aime pas.

Nous étalons, lors du placement nos troupes tout le long de notre zone de déplacement, sans trop renforcer, ni l'un, ni l'autre, le centre.

La force de volonté de mon intrevertor me permet une fois encore, de gagner le choix de l'initiative. Ma compo étant très agressive, je n'allait pas m'en priver.

Mon Moran s'avance rapidement sur mon flanc droit, zigzaguant entre les dépôts de carburants et un relais de centrale électrique. Ses charmants petits compagnons le suivent de près et s'arrêtent de l'autre coté d'un mur, les séparant du chasseur, du kazak lance missle et d'un pion camo.
Il se trouve qu'en plus d'être une sorte de couteau suisse pour 21 points, le moran est répétiteur. Passant par lui, ma lieutenant intervertor tapote sur son clavier, cible le chasseur et lui envoie un missile. Hop, un de moins.

Mon morlock (qui a tiré immunité shock ! Yehhh !) lance un fumigène pour couvrir l'avancée de l'intruder. Ce dernier en profite, et à travers le fumigène, élimine la jolie kazak lance missile et le pion camo qui s'avérait être le tank hunter.
Après ces petits exploits, j'avance mes unités sur mon flancs droit désormais étrangement dégarnis. L'intruder se recamouffle.
Enfin, mon morlock s'infiltre entre les deux grands et sombres batiments, menaçant le vétéran kazak qui se trouvait non loin. Une brève fusillade s'engagent entre eux. Blessé le vétéran se replie derrière un muret alors que ma morlock est sauve.

C'est au tour de Fogia. Alors que je croyais que le vétéran était le lieutenant, il s'avère que c'était le pauvre tank hunter tué par l'intruder. Il est donc en perte de lieutenant, mais hélas duroc est impétueux et oblige Margot à le suivre. Il ne peut donc pas profiter de l'occasion pour renommer un lieutenant et doit se contenter d'un tour très sobre.
Le scout, bien dissimulé dans l'un des deux gros bâtiment tente une sortie contre un drone à réaction qu'il parvient à endommager. Hélas, les tirs de soutiens, initiés par l'intruder éliminent vite cette menace.
Le commando HMG arrive alors sur mon flanc droit, dans un angle pas bon, mais alors pas bon du tout pour moi. Soudain, le commando entend des bip bip inquiétant et se retournant, voit deux crazy Koala sautant en tous sens lui fonçant dessus. Il n'eut le temps que de lancer une imprécation sur sa maladresse de s'être parachuté si prêt avent d'exploser en mille morceaux.

A mon tour je décide de faire vite, car je sens poindre la déroute des ariadnais alors que personne n'est encore sorti de la table de mon coté. 
Je fais entrer mon tomcat sur les arrières de Margot. Une lutte sans merci s'engage entre eux deux et à nouveau, les nomades emportent la décision. Le tom cat se rapprochent alors d'un pion camo que je soupçonne d'être les antipodes. Pour être sur, le moran s'approche du bâtiment derrière lequel la contrôleuse s'est retranchée. A nouveau l'intervertor la cible, lance un missile et poum !
Retour sur les aventures du tom cat qui tente un tir intuitif, mais les antipodes ne se laissent pas faire, ils esquivent. Et ils vont se montrer particulièrement brillant à ce jeu. Ils finissent à le chopper au corps à corps et le mange. 10 ans de formation dans les meilleurs instituts techniques de l'espace pour finir en steak... triste fin.

Duroc est prit pour cible par l'intruder qui se moquent des visibilités nulle des bâtiments et l'envoie rejoindre sa copine. Reste le morlock qui se lance à l'assaut du vétéran. Elle l'engage au corps à corps (ce sera le seul du week end) et triomphe de lui.

Le reste de mes ordres va consister à faire sortir le moran, le meteor et l'intruder. Le morlock va tenter quelques coups contre les antipodes acrobates qui esquiveront tout.

Il ne reste qu'une paire de gros chiens à Fogia qui échoueront à venger leur vétéran, tous deux abattus par la morlock, décidément très en forme.

Je remporte donc cette première manche mais avec peu de point, n'ayant sortit que 94 pts. La morlock, à 7 pts, qui finit son tour sur la ligne de sortie de table me fait perdre un point.

Comme prévu, je suis en milieu de classement, mais cela ne revêt que peu d'importance à mes yeux, on s'est bien amusé (enfin surtout moi).

Ronde 2 : Cri de ralliement.

Vyn le vil est mon second adversaire. Avec un pseudo pareil, on est en droit de s'attendre à un mec relou. Déjà son apparence à la Fu Manchu, joué par Christopher Lee dans « le masque de Fu Manchu »,  ne rassure pas, ni son regard chafouin, mais lorsqu'on le rapporte au fait qu'il m'envoie de temps en temps des mp pour me rappeler que j'étais un étudiant médiocre en latin, à la fac, imaginez mon sentiment à ce moment là. Je percevais le cri de son sang. Ce dernier désirait sortir.

Or il se trouve que Vyn joue Nomad. Il m'est d'un seul coup apparu fort sympathique. C'était l'une des premières fois que j'allais jouer contre ma propre faction et le fait de rencontrer un partenaire de l'espace, que dis, partenaire, un frère, me plaisait.

Après quelques papotages d'usage où nous avons exposé notre accord sur la supériorité morale, technique et d'élégance de la faction nomade sur toutes les autres, nous avons pu nous y mettre.

Le scenario était en quart de table. Trois zones y étaient définies, que nous devions controler (avec au moins 50 pts d'armée) et y passer un appel avec un de nos spécialistes pour que des vaisseaux viennent nous chercher.
Nous avons avancé deux façons assez différentes de concevoir les nomades. Celle de Vyn le Vil m'était assez familière car elle se rapprochait beaucoup de celles que je jouais en Octobre dernier.
Une intervertor lieutenant était accompagnée par une Daktari, Zoé, pi well, 2 zero hackeur, un intruder sniper (une vraie plaie celui là), un vertigo zond (classique mais efficace) et quelques autres figurines qui, sur le coup sont sortie de ma mémoire.
Face à cela, j'ai opposé ma seconde liste, celle prévue contre tout le monde sauf ariadna. Alors, c'est un peu agressif, mais ça fonctionne bien. C'est une liste qui a toute mon affection car elle me permet de ne rentrer que des figurines que j'aime bien, surtout au niveau du visuel. Ce sera la même jusqu'à la fin du tournois.
On compte donc une intervertor lieutenant, Zoé, pi well, deux drones à réaction totale, une horlogère, un tom cat ingénieur, la daktari, un moran et la salamandre. C'est à fois très défensif et très offensif, beaucoup de spécialistes, à la fois molle et dure... elle peut réagir à beaucoup de choses.

Toutefois nous nous trouvons devant un cas original... Il y a deux Zoé sur la table. L'une est forcement une fausse, il m'incombait de prouver l'unicité de la mienne.

Nos deux intervertor s'affrontent dans un duel de commandement et la mienne remporte le challenge (entre autre parce que celle de Vyn, trop occupée sans doute à se refaire les ongles, a loupé son jet à 15). Je choisis, au regard de ma compo et surtout de celle de Vyn (plein de hackeur/repetiteur et un drone lance missile) de jouer le premier.

La table représente une foret dense, brisée en deux par une forte dépression au milieu de laquelle coule tout un tas de canalisations. C'est plein de couloirs d'écoulement, de pierres et d'arbres.
Vyn choisi de prendre le coté haut de la dépression, me laissant dans une cuvette pour me déployer. Je déploie ainsi ma lourde force de frappe assez en avant, non loin du point central à capturer.
Vyn choisit la prudence, cache son drone loin loin derrière, ses spécialiste dans les canaux remplis d'eau. Enfin ses zéro sont très en avant. L'un échoue son jet d'infiltration et apparaît juste dans la ligne de tir un drone à réaction. Inspiré par son exemple, je place mon moran en avant. Il rate évidement son jet et se trouve un peu déporté, dans l'un des nombreux canaux que comportent la carte, mais au final pas si mal placé que ça.
Mon moran a une excuse. Il est très ami avec la pilote de ma salamandre qui semble faire une très grosse dépression depuis que son chat, Schrodinger, a finit lamentablement par le conduit d'évacuation qui mène à l'espace. Aussi, il est quelque peu distrait. La suite allait démontrer qu'il faut toujours faire attention au moral de ses pilotes.

Avant de commencer, je vois avec une sorte de délectation toute sadique que l'intervertor de Vyn peut etre facilement prise pour cible, pour peu qu'on amène un tireur dans le ligne d'un canal. Sinon elle est incaccecible. C'est la pilote de la salamandre qui s'y colle. Elle s'avance au cœur de la foret, repousse tout ce qui se présente jusqu'à prendre place dans la ligne de mire de l'intervertor. Elle appuie sur la bouton commandant le feu d'enfer de son canon magnétique. Mais tout le monde entend ses pleurs dans les radios ainsi que le nouveau cri de ralliement de mon unité :« J'suis qu'une ***CENSURE*** ! J'suis qu'une ***CENSURE*** ! ».
5 tirs plus tard, deux seuls touchent, L'intervertor encaisse tout. Je retire, encore un jet moisi, l'intervertor encaisse, une troisième fois, mais les yeux embués de larme de la pilote de la salamandre lui font rater une horde de tir à 14. A nouveau l'intervertor encaisse les lourdes munitions. Sur 15 tir à 14, seuls 6 ont touchés et les six ont été arrêté par l'armure de la jolie hackeuse. Évidement, à chaque fois, la belle s'est déplacé pour se mettre à couvert et finit par être largement hors de ligne de vue.

La salamandre, toujours en pleur, continue son chemin pour aller s'occuper de son vrai objectif, à savoir le drone. Je vous épargne les jets catastrophiques, mais au final, à force d'ordre, Zoé et le drone défunte. Je dois laisser la main à ce moment.

De toute évidence la détresse de la pilote de la salamandre a été perçue par l'équipe de Vyn et ce dernier se lance dans une opération de contre attaque assez désastreuse. L'intruder sniper sort de sa réserve et commence à aligner tout ce qu'il peut. Il se souvient toutefois de Poupie, son teckel nain dévoré il y a un mois par un antipode et à son tour, la tristesse envahit son cœur. Les yeux emplis de larmes il tire sur tout un tas de cible, les loupant les unes après les autres avec une suite de jets propre à faire rire n'importe quel malachiste.
Lui aussi a du se prendre momentanément pour un étron.
A force, il finit quand même par tomber un drone à reaction totale et pi well. Enfin, il vise dans le dos de ma zoé et l'envoie rejoindre son éphémère sœur.
Le dernier ordre va consister à attaque ma salamandre via un zéro hacker. C'est un succès et la bestiole s'immobilise. Il faut dire que pendant ce temps la pilote, enfermée dans ce cercueil d'acier en était venu à se taillader les veines.

A mon tour, je décide de contrattaquer. Mon horlogère relève mon drone tombé tantôt qui s'en prend à l'intruder. Pure perte, le sniper n'en fait qu'une bouchée. Les dernieres lignes de code de mon drone seront « J'suis qu'une ***CENSURE*** ! J'suis qu'une ***CENSURE*** ! ».
L'autre réaction tire sur un zéro très avancé, idem, le zéro s'en débarrasse sur un jet intéressant. Bieeeeen...

C'est le moran qui s'avance dans les conduits étroits des canalisations, et avec lui les petits koala. Il va devoir batailler contre l'intervertor, la daktari et pi well durant un moment avant de réussir à en éliminer deux sur trois. Pi well s'en sortira en éliminant le masai. La partie est bien engagée pour moi, d'autant plus que les koala regardent pi well avec gourmandise.

Mon tom cat arrive dans le dos de l'intruder, tire au lance flamme et... ben lui aussi avait du perdre un truc cher, sa copine, son poisson rouge ou un pari, parce qu'il ne fait rien au sniper. Évidement ce dernier se retourne.

La pilote de la salamandre n'en finit pas de pleurer, mais parvient à redémarrer sa machine. Elle va se replier et faire le gros du ménage en éliminant, non sans difficulté l'intruder et le zéro invincible de fond de table.

Là, Vyn se montre extrêmement peu fourbe. Il aurait pu très facilement jouer la montre (il restait alors peu de temps), ou fuir la table, pour faire un match nul, mais en tant que nomade, c'est à dire largement supérieur à vous, tas de gougnafiers, il continue la partie et m'autorise à prendre un objectif et faire mon appel.
Petite victoire à deux point pour moi, mais victoire offerte par Vyn, le gentleman. D'autres n'auraient pas eu cette délicatesse.
Oui, c'est à toi que je pense, là au fond...

Ce fut une partie rigolote, avec des jets complètement invraisemblables, beaucoup de fou rires, et une pilote sous prozac.
« Modifié: 20 mars 2009 à 17:31:30 par Nod »

Nod

  • Invité
Re : CR Open de montpellier
« Réponse #25 le: 20 mars 2009 à 17:24:23 »
Ronde 3 : La belle et le fils de Moloch

Pour finir cette journée, me voici contre Yoshi et ses étranges pan océaniens. Yoshi m'est apparu sympathique à bien des égards. Déjà, le personnage présente bien, une sorte de fils naturel de Pierce Brosnan en moins ridicule, très loin de son pseudo qui reste pour moi une sorte de gros lézard vert à la classe très modérée. De plus il a ligné face à moi une composition toute mignonnette sur le papier mais ô combien dévastatrice dans mon cœur.  Je vous explique tantôt.

Le scénario que nous allons réaliser est un Pirate Bay, la recherche de bornes informatiques que nous devons pirater puis, le cas échéant détruire. La table de jeu représente une ville en construction, avec ses pièces, étages, couloirs et autres coursives, le tout amovible et escamotable pour nous faciliter le jeu. Cette superbe table nous a a été proposée par pat la pinaille qui a à la fois le temps et le talent pour réaliser ce superbe décor.
Oui, j'aime beaucoup flatter Pat, ça lui fera peut être oublier que je lui dois des sous.

Je présente la même liste que la partie précédente (et pour les trois parties à venir). Yoshi lui présente un centre fort, avec un garde aquila et Jeanne d'Arc, soutenu par deux drones fugazi, deux trooper de base avec lance missile, deux hacker kamau et un croc men.

Là, je me permet une digression : On m'a souvent raconté, entre deux sanglots et quelques coups frappé sur une poitrine offerte à la vindicte de Dieu, combien l'aquila est horrible, surpuissant et qu'à lui tout seul il a dévaster une armée. Pour ma part, j'ai toujours trouvé cela exagéré. Certes c'est une bonne unité, mais à part son VMS 3, pas grand chose. C'est un nisse en beaucoup plus cher et à peine meilleur. Ne disposant pas de camouflé dans mon équipe, je prenais sa présence comme, toute au plus une nuisance dont ma salamandre n'allait faire qu'une bouchée... C'est fou ce que la vanité peut rendre aveugle...

Par contre la présence de Jeanne d'Arc pose un gros problème de conscience à ma jolie intervertor. Depuis toute petite, celle qui allait devenir mon lieutenant est une fan inconditionnelle de la belle Domremy, entre admiration est sexualité ambiguë. Aussi, le cœur confus et l'esprit égarée par la présence de son idole, annonce-t-elle à son équipe la ferme interdiction de lui faire le moindre mal. Yoshi me regarde comme si j'étais la soucoupe volante en personne, mais accepte cette étrange déclaration. Il aura la gentillesse de ne pas faire intervenir Jeanne, car j'avais la réelle et ferme intention de refuser de lui tirer dessus.

Yoshi gagne le droit de jouer le premier. Nous disposons nos figurines dans la ville, chacun de son coté, plaçant nos tireurs sur les toits, les spécialistes bien à couvert. Ma salamandre est placée très à l'écart, sur mon flanc droit, bien à l'abri derrière de gros blocs de bétons. J'escompte offrir peu de cibles à l'aquila. Lorsque mon tour viendra, je ferais donner de la salamandre et on verra bien qui est le plus fort. Mon Moran est très en avant, accompagné de ses deux petits amis, assez proche des bornes à pirater.

Yoshi commence fort. Caché à l'étage d'une maison, mon moran n'avait pas senti la présence d'un croc men caché juste à trois pas de lui, sans doute derrière un papier peint. Le croc man, rigolard, place son fusil dans le dos de mon moran et l'abat sans autre forme de procès. Je suis un peu indigné d'une telle attitude qui n'honore pas la chevalerie française du XIVeme dont la plus charmante représentante est présent sur le champ de bataille. Le croc men n'en a cure, mais son sourire se fige lorsque les deux kola, incrédules, se regarde et lance un « bip bip » hilare en secouant leurs petites épaules. Ils se jettent sur lui et lui font comprendre toute l'incongruité de son acte.

C'est au tour du garde aquila de donner de la mitrailleuse. Ils 'avance au centre de la ville et engage un combat contre un drone à réaction totale. Il s'en débarrasse facilement, puis se glisse vers mon flanc droit. Ils s'en prend ensuite à la salamandre qui ne semble pas vouloir lui tirer dessus (que d'échec lors des lancer de dés). La Salamandre, à couvert, fort de son blindage 11 (8+3) resiste bien, mais perd quand même un pv (sur le seul tire qui touche).

Les drones pano s'avancent vers les objectifs et les hackeurs marquent alors deux points de victoire en piratant deux bornes. Ce seront les seuls pv que marquera Yoshi de la partie. Je me délecte déjà de ma riposte, car il ne reste qu'un ordre à Yoshi, qui ne sait pas trop quoi en faire. Il s'en sert, pas très convaincu en ordonnant à son aquila de tirer sur la salamandre. La garde ne comprends pas le manque total de réaction de la part de la salamandre. En effet, la pilote, toujours dépressive suite à la perte de son chat, s'est ouverte les veines dans sa lourde armure. En terme de jeu, je fais 20 sur mon tir en opposition, trois touches parviennent sur la salamandre. 15 en force contre 11 de blindage, ça se joue sans problème. Je lance les dés... triple 1. Je peux ranger ma salamandre, Zoé qui était à coté, prête à se lancer dans une réparation, range se outils et écrit un mémo sur la nécessité de virer les psychologues nomades pour grave incompétence.

Privée de ma salamandre, de mon moran et d'un drone, mon tour s'annonce difficile. Mais je n'ai pas dit mon dernier mot. Je sais que mes hackeuses sont très fortes, il me suffit d'amener un répétiteur à coté de l'aquila et le tour est joué. Il me reste Pi well et le second drone à réaction totale. Je choisis ce dernier pour cette mission. Il peut en effet se rapprocher de l'aquila sans jamais passer par sa ligne de tir. Hélas sur son chemin il doit traverser les deux lignes des lance missiles. Pas grave, je peux gérer.

Mon tom cat ingénieur arrive dans le dos d'un lance missile. Là, je ricane, car dans son dos, à courte porté, sans couvert pour lui, ma victoire est assurée. Je tire avec le fusil combi et … triple 19 ! Je lis dans le regard de Yoshi toute la compassion que lui inspire cette situation, presque de la pitié. Le lance missile se retourne et m'invite à recommencer. Là, tant pis pour mon tom cat, je ne prend pas de risque d'être trahis à nouveau apr mes dés et je tire au lance flamme. Un peu surpris, le lance missile loupe son tir et meure dans des souffrances désagréables. Et d'un.

Mon drone s'avance et file vers l'aquila. Je décide d'engager le duel directement avec le second lance missile, bien à couvert. 4 tirs de mitrailleuses devraient suffire. Yoshi lance son dé... critique... bon, je range à la fois mon drone et mes chances de pirater cet enfoiré d'aquila, décidément protégé des dieux.

Je ne renonce toujours pas. Zoé s'avance et en un temps éclair, pirate un relais, puis s'avançant sur lui, le fait sauter à la charger creuse. 1,5 point de victoire pour moi. Ensuite elle va se poster de l'autre coté du mur où se trouve l'aquila, hélas, je n'ai pas assez d'ordre pour tenter la suite.

A son tour, Yoshi entreprends d'éliminer mon tom cat bien enfoncé derrière ses lignes. Un kamau s'en charge. Il longe prudemment un bâtiment, et tente un coup d'œil à l'angle qui le sépare de son adversaire. Il prend un jet de napalm en pleine figure. Il tombe au sol en hurlant, non sans lancer une rafale un peu au hasard. Une balle touchera le tom cat entre les deux yeux, envoyant ce dernier au paradis des pompiers malchanceux.

L'aquila continue son avance en méprisant les hackeuses qui s'acharnent contre lui. Il tire sur Zoé, qui tente de s'y opposer, mais en vain, un critique a raison de la jeune russe. Une balle par ci, une rafale par là, l'aquila décime toute mon équipe avec l'insolence de ceux qui ne savant pas louper un jet (alors qu'ils peuvent facilement apprendre à mon contact).

Lorsque mon tour vient enfin, seule mon intervertor et son amie l'horlogère sont encore en vie. Elles quittent la table pour sauver le peu de dignité qu'il me reste alors.
Lorsque mon intervertor, le cœur tout embué d'émotion à la vue de Jeanne déclarera qu'elle a passé une bonne journée, elle prit le lourd sac d'outil de l'horlogère en pleine tronche...

Une très bonne partie, hélas un peu gâchée par des probabilités peu probables. Mais bon 2 à 1,5, je n'ai pas encore trop à rougir.



Ronde 4 : Oh ! Mon Dieu ! J'ai tué Kenny ! J'suis un enfoiré !

Parfois on reste interloqué par les pseudo d'untel ou untel. Fogia, par exemple n'évoque pas grand chose pour moi, Vyn est tout sauf vil et Yoshi... je ne vois pas le rapport. Quant à Nod, pour les joueurs d'alerte rouge, ce n'est pas un camp de méchants, mais le premier royaume humain cité dans la bible. Oui, j'aime bien citer la bible, ça donne du cachet...

Mais quand on rencontre Kenny's dead, on ne doute pas que ce pseudo ait été fait pour lui. Physiquement, on dirait Laurent Deutsch sous coke, sympathique mais un peu agité. Si on est une femme, on veut lui faire un gros câlin, mais si vous êtes fan de south park, l'idée de l'expédier au paradis vous traverse vite.  Je plaisante, car Kenny est fort sympathique et ce fut un plaisir que de lui botter les fesses.

Car après la dérouillée que m'a infligé Yoshi m'incitait à trouver une victime expiatoire que je pourrais sacrifier à l'une des quelconques divinités infernales de Myk.
Or, Kenny joue l'armée combinée.
Il traine derrière cette armée une légende d'invincibilité et de cruauté rare. Je n'ai affronté, à ce moment, que deux fois l'armée combinée. Une fois à Montpellier, qui ne m'avait pas laissé une trace indélébile. J'avais perdu, mais au scénario, celui de l'espion à exfiltré, scénario tellement dur à gagner pour l'attaquant qu'il a finit par disparaître des compétitions. La seconde fois c'était face à roby le barbare, à la Gnf, où je l'avais très vilainement malmené (je crois qu'on avait fait un match nul).
Mais avec mes sentiments à l'emporte pièce, échaudés par le garde aquila (je maintient toutefois qu'il n'a rien d'exceptionnel entre les mains de quelqu'un qui ne sait pas jeter un dé), je me méfiait très fort.
Je dois toutefois m'excuser de la vilaine pensée que j'ai eu envers ce jeune homme. Il jouait avec 4 dés tellement illisibles qu'il devait à chaque fois mettre son nez dessus pour y lire un résultat. J'ai soupçonner une embrouille, me méfiant un peu des dés illisibles. Mais mes craintes étaient infondées au regard des jets de dés assez médiocres qui ont handicapés ce pauvre Kenny. Cela prouve, s'il le fallait qu'il faut toujours faire confiance aux gens, sinon, on risque d'avoir honte de la médiocrité de ses propres pensées.

Le scénario était celui du DCD fou sur la même table qu'avec Yoshi, un décor urbain très détaillé.
Kenny gagne le droit de jouer le premier. Il dispose son équipe un peu partout, mais je constate qu'il n'a vraiment pas grand chose sur la table, un obsidion, quelques guerriers sorciers et un carontide. Là, je sens poindre le caskuda gros comme une maison.
Aussi je tente un placement un peu particulier, je met tout ce que je peux dans une même maison, la salamandre juste à coté et cette fois ci, hors de toutes lignes de tir.

Je ne dispose que de très peu de ligne de tir pour arrêter quelqu'un qui voudrait venir, seul mon moran est en avant, dans une maison, pas très loin du dcd.

Or, point de caskuda, mais deux malignos et un hackeur TO (qui est mort dans un tel anonymat que je n'ai pas repérer ce qu'il était).
Doté de mine à monofilament, Kenny ne résiste pas à l'envie d'en placer dans la maison où se trouve toute mon équipe. Il fonce, court, se précipite... Il finit par jeter un coup d'œil derrière lui, tout en courant vers la maison, pour voir deux crazy koala lui courir après dans un bip bip caractéristique.
Boum donc.

Le carontide s'avance alors vers le drone (qui a fait un peu n'importe quoi), avec la ferme intention d'en découdre avec mes hommes (enfin, plus mes filles, les hommes étant un peu sous représentés). Du haut de son étage à travers la fenêtre, mon Moran lui fait des grands signes, arborant un sourire style banane du mec qui rigole d'avance. Sur le casque bardé d'electronique du carontide, l'extraterrestre lit la signature de mon intervertor (« Jeanne for ever ») avant de tomber en panne.
Décidément ce moran et ses deux amis sont bien utiles.

Les guerriers sorciers, un peu agacés il est vrai, se lancent dans la chasse au moran et finissent après moult ordres à le tuer (puis une fois au sol à l'achever, c'est vous dire si ils avaient les boules).
C'est à moi.
Je vais vous épargner les détails d'une tuerie sans nom orchestrée par une pilote de salamandre bourrée d'anti depresseur.
Le DCD aura mieux défendu sa vie que les extraterrestres, car il parvient à coller ma salamandre et pi well qui s'étaient imprudemment approché de lui.

A son tour, Kenny ne dispose plus que d'une figurine qu'il tente de faire tuer pour finir la partie (il ne fuit pas car il est religieux), mais en vain, je refuse de lui tirer dessus. Il parvient toutefois à blesser gravement mon horlogère.

A mon tour, je dispose de 9 ordres, d'un seul adversaire et d'un dcd à ma portée. C'est donc gagné pour moi, d'autant plus que mon premier ordre consiste à sortir un drone pour éliminer la dernière figurine de Kenny.

Là, je me permet à nouveau une digression : Je sais bien comment fonctionnent les tournois, pour les avoir hanté de ma période warhammer battle et 40k. J'étais un gros gagnant et j'ai défoncé plus d'une paire de fesses.
De là, j'ai bien compris que pour gagner ces rencontres il faut trois choses : une bonne armée, de préférence de la réussite aux dés, mais avant tout il vous faut la gagne (l'oeil du tigre pour les plus anciens d'entre nous). La victoire va à celui qui la veut le plus, ce qui vous ,pousse souvent à être un joueur agressif, intransigeant, n'ayant que peu de pitié pour ses adversaires, tel que je fus et tel que Myk est désormais.
Or, il semblerait que j'ai perdu cette gagne comme va immédiatement le prouver la suite. Ce que le résultat y perd, le plaisir du jeu y gagne.
Fin de la digression.

Donc, il me reste 8 ordres pour gagner cette partie. Kenny n'ayant que peu joué, c'est dur pour lui de finir ainsi. Je tente en premier lieu de hacker le drone et échoue 5 fois d'affilé (ou 15 en vol, c'est pas assez de toute évidence).
L'horlogère au sol, la salamandre collée m'agacent beaucoup... alors je décide, contre toute forme de  volonté de gagner, d'utiliser mes derniers ordres pour libérer mes figurines de leur sort. L'horlogère est soignée et à son tour va décoller les machines.

La partie prend fin sur un match nul. Mais étrangement je suis plus satisfait de cette fin que d'une victoire, somme toute bien futile.

M'enfin... pauvre Kenny, je suis quand même un enfoiré.

Nod

  • Invité
Re : CR Open de montpellier
« Réponse #26 le: 20 mars 2009 à 17:24:51 »
Ronde 5 : Le VIP pénible

Partie suivante. On me présente Nico Pano. Par principe je me méfie toujours des gens qui s'appelle Nicolas. C'est injuste mais c'est atavique.
Celui qui se présente face à moi est mal rasé, l'œil torve, le regard mauvais propre à ceux qui portent le même nom que lui. En gros, il fout les chocottes.
Toutefois, étant moi même dans les profondeurs du classement (avec à ce moment 5,5 points sur 24 possible), je me doute que lui non plus ne doit pas faire le fier.
C'est à nouveau un panocéanien qui s'oppose à moi, ce qui implique ma liste habituelle. De son coté Nicopano avance une liste assez gentille, avec un chevalier de Santiago, pas mal de piétons de base, deux akalis, un médecin avec ses drones bot, un croc men et sans doute autre chose car il me semble que ça ne fait pas beaucoup de points tout ça.

Le scénario se passe dans une foret dense, très accidentées, avec peu de lignes de vue et encore moins de terrain praticable. Nous devons ramener dans notre camp et tenir, un personnage important qui obéit à plein de règles compliquées qui seraient fastidieux de vous exposer ici. Je dis compliqué car il semblerait que ces dernières aient beaucoup perturbés mon adversaire. Je le soupçonne d'avoir fait peu d'effort pour comprendre, son visage montrait plus d'agacement que de dubitativité. Notre arbitre vénéré n'étant pas présent à ce moment, devant s'occuper un peu de ses chances un jour de pouvoir se reproduire, nous avons perdu une grosse demi heure à tenter de nous mettre d'accord sur les règles du scénario.
Mon œil du tigre étant crevé, peu m'importait pour peu qu'on puisse commencer à jouer.

Je remporte le duel de lieutenant et je n'allait pas laisser passer l'occasion de commencer, surtout pas avec la puissance de feu qui est la mienne.

Je place mon équipe un peu étalée vers l'arrière et concentré au centre, avec Zoé, pi well, le moran et la salamandre. Le centre de la table est occupée par un contrefort assez haut sur lesquel se trouve le vip et qui coupe toute ligne de vue.

En face, Nicopano place son santiago pas très loin, ses spécialistes au fond de la table et une paire de soldats dans des bois non loin du vip.
Évidement, j'ignore à ce moment où se trouve le croc men (j'ignore même son existence). Or il se trouve que Nico avait placé son infiltré au centre, près du VIP, c'est dire juste à coté du moran et de ses deux petits amis. Il n'osera jamais le faire apparaître de toute la partie. Encore une victoire du crazy koala.

La partie commence par l'avancée de ma salamandre qui explose ce qu'il y a à exploser. Les panocéaniens remplient vite se mettant à l'abri. Zoé a ainsi le champ libre pour s'approcher du Vip et de le convaincre de la suivre. On pouvait tenter de soit le convaincre (difficile mais il se montre par la suite plus fidèle), soir de le menacer avec une armée (plus facile, mais après il a tendance à prendre le large).
Zoé parvient à l'inviter à la suivre, mais très rapidement, cet imbécile s'enfuie. Cela va durer un moment où Nico et moi, allons, tour à tour, tenter de prendre le contrôle de ce crétin et voir ensuite ce dernier filer rapidement et ce alors que nous avions toutes les chances de réussir à le garder (en général il suffisait de réussir un jet entre 16 et 18).

Le combat lui même sera de base intensité, nous nous concentrions beaucoup sur le VIP. La salamandre finit par vaincre le santiago. Les spécialistes de fond de table seront surpris par le tom cat et son lance flamme alors que les Akalis ne parviendront pas à faire une percée face aux drones à réaction totale.

Finalement, Zoé, blessé par un Akalis, sera soignée par la Daktari et repartira à la conquête du VIP. Celui ci finira par rejoindre mon camp. Zoé aura toujours voulu convaincre ce personnage alors qu'en fin de partie il aurait été plus facile pour elle de le menacer. Mais Zoé est une gentille, non? Elle ne menace pas les gens...

Ce fut la seule victoire franche que je remportais, avec autant de point de victoire gagnée que les 5 autres parties réunie. Ce fut une partie très agréable, très disputée avec beaucoup de rebondissement, mais à nouveau, la puissance des machines nomades et la qualité de leurs spécialistes ont fait la différence.

Ronde 6 : Sur Arakis

La dernière partie. Je me retrouve face à Boll's, notre estimé chef de ceux qui bossent beaucoup pour que nous puissions jouer un peu. Pour ce qui ne le connaissent pas, Boll's c'est Kenny en vieux, tout fluet et branché sur une pile de 220 volt, mais avec la sérénité et l'autorité lié à l'age. Toutefois, il reste désarmant d'une mauvaise fois, mélange subtile entre chouinerie et calcul cynique. Je m'explique : Boll's était venu comme joueur cette fois ci et non comme organisateur (même si il a participé). Aussi, en avant propos il avait annoncé qu'il n'avait pas beaucoup joué, pratiquement pas en six mois, qu'il allait se faire massacrer et qu'il fallait être gentil avec lui. Ses longues jérémiades sur le sorts funeste à venir imposé contre sa volonté par un destin cruel, en appelant à la consbonté humaine de ses adversaires n'était pas sans rappeler... ben... moi en fait... D'habitude, c'est moi qui pleure préventivement sur mon exécution probable. Ca fait bizarre quand on le voit du coup...
Bref, cinq parties plus tard, Boll's avait massacré ses adversaires avec un manque évident de pitié et avait été propulsé au firmament du classement, et ce, pardonnez du peu, avec une armée haqqislamite dont je reconnais le coté difficile.

Notre partie se déroulera sur une zone désertique, intégralement en terrain difficile et en zone à visibilité réduite. Un must.
Le scénario prévoit qu'une bande de malade atteint d'une pathologie particulièrement dangereuse se trouvent au centre de la table. Pour gagner il nous faut en soigner le plus possible avant que ces derniers ne nous contaminent.

Le décor est un chaos de pierres brisées qui bloquent toutes les lignes de vues. De chaque coté, des collines à pentes raides enserrent cette plaine caillouteuse. De mon coté, je dispose de quelques trous d'hommes, boll's profitant d'une longue tranchée. Ce choix fut le siens, le mien étant de commencer.

Je présentait la même liste que précédemment. Boll's disposait d'une forte formation de troupe,  alqa, ghulam, dont pas mal avec panzerfaust, nafatum, motos, ainsi qu'un djanbazan agressif. Enfin, un assassin fiday fermait le banc. Ça faisait du monde en face de moi, des haqqislam lors d'un scénario où les médecins prenaient toute leur place.
Ma daktari, cachée non loin du fiday ne se sentait pas très rassurée.
Mon moran était bien en avant, derrière un simple pilonne couché. D'un coté deux alqa, dont un médecin, de l'autre deux koala qui attendaient avec impatience de sauter littéralement de joie.

Je commence donc. Ma priorité c'est d'eliminer la menace de l'assassin. C'est mon drone à reaction totale qui s'y colle. Piwell est bien meilleur dans ce rôle, mais il était bien trop loin. Le drone a toutefois du succès et force l'assassin à se révéler. Il s'en débarrasse facilement grâce à sa mitrailleuse. Il va prendre ensuite une position haute (merci escalader plus) et commence à arroser la tranchée qu'il surplombe. C'est un vrai massacre.

Le centre était ouvert, mais je n'osais pas encore avancer la salamandre, car je redoutais les nafatoum. Je fais alors venir le tom cat (qui décidément aura bien peu réparée mais beaucoup carboniser des gens) sur le flanc gauche de Boll's. Il s'en prend à un kum, une nafatoum et un ghulam. Il fera du bon travail, mais sera vite abattu sans éliminer son objectif principal, la nafatoum.

Las, je fait donner la salamandre, qui va ouvrir tout le flanc gauche de Boll's, puis à distance, le droit, tuant au passage l'un de ses médecins. Toutefois ce que je craignais était arrivé. En affrontant à courte distance, les décors permettaient peu les tirs longs, la nafatoum, la salamandre avait été endommagée.

Boll's à son tour est ébranlé, mais pas encore vaincu. Son Alqa médecin est toujours en vie, sans doute protégée par Hallah en personne.
Les motos s'élancent vers la salamandre, ennemi le plus proche, mais sont fauché les uns après les autres, soit par la salamandre elle même soit par ce drone judicieusement placé. Toutefois un tir de chain riffle trouve son chemin et ma salamandre perd un nouveau pv.

Je pensais que les haqqislamites étaient déjà bien nombreux, mais voici qu'un ragik arrive derrière un vaisseau, sur la hauteur de mon drone. Il le contourne et détruit mon drone qui l'aura bien suer.

Le djanbazan, mis au sol par ce drone, se relève alors grâce à sa régénération. Déchainé, il parvient à détruire ma salamandre décidément pas très très solide, partie après partie. Là encore sur 6 touches, elle n'aura réussit que 2 jets d'armure face, pourtant, des armes de force modeste.
Il faut dire qu'avec son vms 2, le djandazan n'est pas gêné par la tempête de sable.

Ainsi, l'alqa médecin se retrouve libre de ses mouvements, enfin... si il n'y avait pas deux koala derrière elle. Pas dégonflée pour deux sous, elle bouge et fait un rouler boulet. Les deux koala, s'embrouillent les pattes et se percutent, explosant l'un contre l'autre.

Toujours plus téméraire, elle se place pour tirer sur ma daktari, mais par miracle, cette dernière parvient à esquiver et se cacher derrière un gros rocher.

A mon tour, le second drone fait le ménage, après l'échec du moran. Il élimine le ragik en hauteur, puis la alqa. La daktari s'avance un peu.

La déroute guette haqqislam qui tente quelques dernières actions, comme tuer ma pauvre daktari, mais en vain, cette dernière esquive tout, et le drone qui l'appuie éliminent les dernières poches de résistance.
Il ne reste plus qu'à ma daktari qu'à soigner les blessés avec tout un pool d'ordre. Elle reussit le premier, se présente devant le second et le tue d'un coup d'un coup de trousse de soin en lui fracassant le crane (20 sur le jet de vol). Le blessé défunte et parvient à contaminer la pauvre daktari (1 sur le jet de pb). Ayant mal lu les règles du scénario, c'est la fin de la daktari pour moi. Zoé ira chercher sa dépouille pour gagner le seul demi point de victoire de la partie.

La victoire revient à mon camp, mais chèrement payé. Haqqislam a fait ce qu'il a put, mais comme je l'ai souvent constaté, lorsqu'il n'a pas l'initiative, il souffre vraiment beaucoup. Au moins, après cette fessée, Boll's pouvait enfin pleurer les larmes qu'il nous promettait en début de tournois et dont nous étions privées jusqu'alors.


Au final, je me suis vraiment beaucoup amusé. Les scénarïï étaient bien construits, surtout au niveau des points de victoire. Nous étions vraiment contraints de jouer le scénario sous peinte de finir dans les profondeurs du classement. Je gagne 4 partie, un nul et une micro défaite. Je finis 7eme, place très honorable, mais qui aurait été mieux considérée dans un tournois plus basique, avec priorité à la meule. Enfin la distribution des lots où les derniers furent les premiers à se servir (encore une parabole biblique) était une bonne idée.. sauf pour moi qui repars avec une sécuritate HMG que j'ai déjà (et je me demande franchement pourquoi).

Nous fumes déçu de la position de Julien, dit Juju dit Hiro dit Moloch-n'est-pas-mort. Nous espérions qu'il arrache des larmes de sang à ses adversaires, mais, l'expérience fut plus forte que la chance et il fut mis souvent en défaut. Pourtant j'ai encore joué contre lui hier et il défie toujours très efficacement les lois de la probabilité.
Myk, évidement, remporte le tournoi, lié comme il l'est aux forces chtoniennes et infernales, mais surtout parce qu'il dispose de l'oeil du tigre... en plus de ses autres yeux, c'est pour vous dire...

Il est temps de conclure après ces longues pages de blabla en remerciant Sixpiedsousterre pour ce tournois, tous mes adversaires qui m'ont autorisé à jouer ma figurine alternative pour mon horlogère plutôt que l'homme mouche, Julien pour m'avoir entretenu en mouchoir durant tout le tournoi et globalement tout le monde pour leur bonne humeur, leur patience et leur participation.



… je dois encore être un peu malade, j'ai pas l'impression d'avoir été assez méchant...
… ce sera pour la prochaine fois.

 

//TODO Delete next line for Theme v203 compliance?